Minuit

La luciole de minuit s’est posée

sur la manche de ma robe.

C’est étrange.

Haïku populaire japonais – cité par Lafcadio Hearn dans Kottô (Mercure de France- collection Mille pages). Traduction : Joseph de Smet

La manche de ma robe

à minuit presque flanche.

C’est l’alcool.

 

L’étrange de la nuit

mange la folle et s’enfuit.

C’est ma robe.

 

C’est l’ennui.

La luciole s’est enrobée dans la nuit,

sous sa robe.

 

Sur ma manche,

c’est étrange, tant d’ennui,

tant de poses.

 

La luciole déposée

Sur la tranche de minuit

Se dérobe, elle s’enfuit.